La thérapie de groupe, comment ça marche ?

Ghizlaine Chraibi


« CHAQUE INDIVIDU A EN LUI DES CAPACITÉS CONSIDÉRABLES
DE SE COMPRENDRE, DE CHANGER L’IDÉE QU’IL A DE LUIMÊME,
SES ATTITUDES ET LA MANIÈRE DE SE CONDUIRE ; IL
PEUT PUISER DANS SES RESSOURCES POURVU QUE LUI SOIT
ASSURÉ UN CLIMAT FAIT D’ATTITUDES PSYCHOLOGIQUES
FACILITATRICES QUE L’ON PEUT DÉTERMINER. »
CARL ROGERS

Mon article s’attellera à vous faire découvrir la psychothérapie de groupe. En voici les règles du jeu, ou du « Je », si je puis me permettre. Une thérapie de groupe consiste à accompagner des personnes afin de leur permettre à la fois de parler de ce qui les préoccupe et d’écouter d’autres personnes, qui partagent ou pas, les mêmes problématiques. La thérapie de groupe offre à la fois un espace d’échanges, d’expression, d’écoute, de liberté et de sécurité, dans lequel la parole peut être posée et entendue, sans honte ni retenue ; sans peur d’être jugé. Le groupe est un espace de transformations personnelles qui s’enrichit des expériences et élaborations des autres participants. Un espace où le plus archaïque est évoqué. Dès lors, des questions fondamentales émergent : « D’où je viens ?», « Ai-je été désiré et accueilli ? », « Comment j’ai grandi ? », « Quelles sont les solutions existentielles que j’ai élaborées ? », « Jusqu’où suis-je prêt à aller pour me faire aimer ? »

La thérapie de groupe est une expérience polyphonique où chacun vit ce lien du don et du contre-don. Le moment de quitter le groupe est souvent celui où l’espace pour exprimer sa gratitude s’ouvre.

Des questions fondamentales émergent : « D’où je viens ?», «Ai-je été désiré et accueilli ?», «Quelles solutions existentielles ai-je élaborées ?», «Jusqu’où suis-je prêt à aller pour me faire aimer ?»

Enfin, le groupe est plus que la somme de tous ses membres. Il n’est plus un objet mais devient un sujet avec un inconscient, au fur et à mesure des séances. L’inconscient du groupe est constitué de tout ce qui est présent chez chaque membre au fur et à mesure de son déroulement : idées, pensées, sensations, émotions, sentiments. Tout ce qui n’est pas exprimé par les participants constituera l’inconscient du groupe, un inconscient qui deviendra plus vaste de groupe en groupe. Chaque groupe a, en quelque sorte, un inconscient qui lui est singulier et qu’il se crée lui-même. Pour instaurer un climat de confiance indispensable, un groupe de thérapie fonctionne avec des règles simples qui invitent à la sécurité, à la confidentialité et à la bienveillance dans le respect de règles éthiques et déontologiques dans la pratique de la psychothérapie.

Le pouvoir thérapeutique du groupe

Les groupes ont un énorme pouvoir de changer le comportement de l’être humain. L’invention du Groupe De Rencontre selon Carl Rogers (voir encadré) est considérée comme l’un des outils psychothérapeutiques les plus puissants inventés au siècle dernier. Le groupe crée le contexte dans lequel l’être humain expérimente la vie. La manifestation primaire de l’humanité, n’est pas l’individu mais l’être humain avec ses semblables : l’humain n’existe pas sans les autres humains. La conscience de soi, la sociabilité, les valeurs, le langage, la communication ont comme origine la communauté. L’existence humaine, c’est la coexistence en communauté.

Le groupe est une surface de projection multiple, une sorte de laboratoire qui recrée cette communauté. C’est un lieu où la dynamique groupale permet aux mécanismes habituels de se manifester puis de se conscientiser. Chaque membre est invité à expérimenter de la nouveauté comportementale, affective, ainsi que de vivre l’impact de ce changement dans le groupe. Le travail dans un groupe est également une occasion pour travailler différentes thématiques : oser exister, être soi-même, oser se différencier, dépasser un jugement bloquant, vérifier ses projections ou interprétations, se confronter à la différence, dépasser l’anxiété sociale, sortir d’un égotisme ou d’une confluence, vivre des expériences corporelles, voir ses problèmes identitaires.

Quelles-sont ces attitudes du psychothérapeute, qui facilitent le processus de croissance ?

La compréhension empathique : la capacité à entrer dans le monde de l’autre comme s’il s’agissait du sien afin de le comprendre.
La congruence : la cohérence entre la conscience de soi et ce qui est exprimé.
Le regard positif inconditionnel : un regard sur autrui, respectueux et sans jugement, fondé sur la confiance dans son autoréalisation.

Par ailleurs, le travail en groupe devient alors un facteur important du développement de soi. Ainsi, le groupe est le milieu idéal pour qu’une personne se confronte. Il permet l’expérience vécue dans « l’ici et maintenant », un lieu de risque pour essayer de nouveaux comportements et en recevoir un retour immédiat, augmentant les possibilités d’apprentissage, que ce soit pour retrouver une confiance et estime de soi, la capacité à pouvoir dire « non », ou celle aussi de pouvoir exprimer ses besoins sans risque, ni honte, ni culpabilité.

Programme ambitieux lorsqu’on connaît les travers de la société marocaine, avec les pressions sociales, le qu’en-dira-t-on (hchouma), la bienséance (haram) et la recherche de bénédiction parentale (Rdatt El Walidinn) ! Et pourtant, les participants parviennent à se frayer un chemin vers euxmêmes, malgré tout cela. Que ce soit à titre privé ou en entreprise, vivre une psychothérapie via un groupe de rencontre rogérien permet de rejouer et de renforcer les liens à soi et aux autres, liens qui auraient été brisés par des évènements de vie déstabilisants ou chaotiques. Dans ce processus, les réalités individuelles et collectives s’influencent mutuellement afin que chaque participant puisse retrouver, de nouveau, cette liberté d’être que chaque humain devrait pouvoir maintenir tout le long d’une vie.