À quoi tient le lien entre philosophie et spiritualité ?

Driss Jaydane


Nous pourrions définir la spiritualité, comme cet ensemble de pratiques qui amènent le sujet à opérer sur lui-même les transformations qui seules, donnent accès à la vérité. Ces expériences, ces pratiques, ces exercices spirituels, pour les désigner tel que le fit Pierre Hadot*, comme ne relevant pas de la connaissance. Voyons-les plutôt comme les balises, sur le difficile chemin de la vérité. Vérité impliquant pour le sujet qu’il devienne autre, qu’il se « retourne sur lui-même », que son âme opère ce qui porte les noms de Métanoïa**. Une transformation de soi, à l’intérieur de son être.

Alors philosophie, ici, doit s’entendre, non pas comme doctrine, discours seulement, mais d’abord comme manière de vivre. La vérité n’est pas donnée. Elle peut supposer pour le sujet qu’il mette en jeu sa vie même. Philosophie… antique bien sûr, peut et doit ici prendre le nom de conversion du sujet. Et ainsi ouvrir la voie de la vérité. Une fois que le sujet s’engage dans cette transformation, la vérité pourra alors s’illuminer dans l’âme et devenir le principe même d’action de la vie. Philosophie s’entend ici aussi bien comme recherche de la vérité qu’expérience de transformation du sujet par cette vérité. Pour la philosophie moderne, l’expérience est ce qui vient renforcer l’idée d’un sujet ayant un pouvoir de connaissance. Sujet distancié, se voulant maître d’une neutralité se devant d’être conservée, neutralité qui devient précisément la garantie de la vérité. Or, dans une philosophie conçue en termes d’exercices spirituels, l’expérience est ce qui transforme le sujet par la vérité, et la vérité, passée par le sujet.

Ainsi toute la philosophie dont nous parlons ici, se veut une manière de concevoir la relation entre le sujet et la vérité, celle-ci devient le principe de la vie et qui se doit de porter chaque geste de vie, chaque action.

La vérité, dans cette perspective, n’est donc pas affaire de savoirs purs, de contenus qu’il faut apprendre, mais ce qui se retrouve « dans la vie », chaque jour, faisant que les pratiques de vérité sont les moyens d’y accéder, et donc, de transformer l’âme, et l’être.

Philosophie, ici, ne sépare pas entre théorie et pratique. Mais doit s’entendre comme rapport de correspondance entre les pensées et les actions. Le dire-vrai est le faire-vrai.

*Pierre Hadot (1922- 2010), philosophe, historien et philologue français, spécialiste de l’Antiquité. 
**Métanoïa signifie au-delà de nous, au-delà de l’intellect, de notre raison rationnelle et se rapporte à un mouvement de conversion ou de retournement par lequel l’homme s’ouvre à plus grand que lui-même en lui-même.