L’éveil du féminin

Où en sommes-nous dans l’équilibre de nos polarités? Quelle est l’urgence de rétablir les valeurs du Féminin dans le monde actuel? Car en tant qu’initiatrices, comme elles le furent depuis la nuit des temps, il est urgent que les femmes puissent réhabiter leur féminin et le réhabiliter en elles, afin d’initier les Hommes à s’ouvrir à leur propre dimension féminine.

Pourquoi parler du Féminin aujourd’hui?

Ces déséquilibres que nous observons à l’échelle planétaire, ne seraient-ils pas le reflet d’un déséquilibre plus profond, plus intime, plus personnel?
La symbolique du Féminin nous révèle à notre dimension sensible, intuitive, inspirée, profondément connectée aux cycles de la nature, aux lois de l’univers. Un féminin dont la profondeur et la richesse se dévoilent au fur et à mesure que les cuirasses de protection se relâchent et que l’injonction de l’action, à tout prix, cesse.
Cheminer vers le féminin de son être, c’est cheminer vers son intériorité ; Cet inconnu mystérieux qui nous met en lien avec notre essence profonde. Un intérieur que nombreux commencent à explorer, réalisant certainement qu’il s’agit d’une voie indispensable pour apprendre à vivre une vie pacifiée, en harmonie avec soi-même, avec les autres et avec son environnement.

Une société qui a oublié les valeurs du féminin.

Après le règne du matriarcat qui a érigé la femme en Déesse-mère, des millénaires de patriarcat ont désacralisé la puissance féminine et inféodé la femme jusqu’à faire naître en elle la révolte féministe. Nous sommes encore trop souvent emprisonnés dans cette guerre du Féminin/Masculin, une guerre des sexes qui se rejoue aussi bien à l’échelle individuelle que collective, dans l’intimité du couple et aussi au niveau des sociétés. Ce déséquilibre prend sa source dans cette dualité profonde qui nous habite et que nous n’avons pas encore pleinement intégrée du Féminin et du Masculin en soi.

Les peuples premiers, qu’on appelle aussi les ‘peuples racines’ ont préservé leur dimension féminine. Respectueux de la nature et de la terre, qu’ils qualifient de Terre-mère, ils ont un profond respect pour la femme, pour son corps et ses rythmes qu’ils considèrent à l’image de la terre, fertile et nourricière. Pour eux, honorer la femme et ses cycles, c’est honorer la terre et le vivant.

En même temps que nous nous sommes coupés de la terre, nous nous sommes coupés de notre féminin. Nous nous sommes coupés du processus de mort, renaissance inévitable pour maintenir l’harmonie et l’équilibre. Nous nous sommes perdus dans cette course effrénée du toujours plus. Le déni de la mort et de la fin des cycles a poussé les Hommes à défier les lois de la nature et à s’évader dans le bonheur illusoire du consumérisme et du matérialisme ce qui nous a amené au chaos que vit actuellement notre humanité.

L’équilibre est une question de cycle

L’équilibre n’est pas une course infinie à la croissance, mais un cycle. Tout est cyclique dans l’univers à l’image du cycle des saisons, de la rotation des planètes, de la danse de l’électron autour du noyau. Cette nature cyclique est précisément ce qui permet de maintenir l’harmonie. Et la femme en est l’incarnation et la gardienne, puisqu’elle vit ce rythme dans son corps tous les mois.
Mais, la femme s’est aussi coupée de son essence. Pour se frayer une place dans un monde où les valeurs du masculin sont dominantes, elle s’est coupée de sa nature profondément cyclique pour adopter la linéarité valorisée dans nos sociétés.
Elle a revêtu l’armure du guerrier, a emprunté le chemin de la conquête et de l’efficacité à tout prix et en reniant une part d’ellemême, en se coupant de son corps et de son rythme elle finit souvent, une fois les plus hauts échelons gravis, essoufflée, tiraillée, et en perte de sens.
Bien que cet article s’adresse à tous, il est important que les femmes prioritairement puissent pleinement prendre conscience de la noblesse de leur féminin, de sa puissance et d’où elle provient.

Laissez un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée.
Les rubriques obligatoires sont marquées *