Joha : Le canard du cousin

Un jour Joha reçut un ami de la campagne qui lui apporta un canard. Les deux hommes s’empressèrent de le préparer et le déguster ensemble.
Quelques jours plus tard, on vint frapper à la porte de Joha et un homme se présenta comme le cousin de la personne qui lui avait apporté le canard. Joha fit entrer l’hôte et lui offrit ce qu’il avait réussi à apprêter du reste du canard.
La même scène se produisit quelques jours plus tard et ainsi de suite les jours suivants jusqu’au dixième visiteur, que Joha accueillit à table avec une grande bassine d’eau chaude. «Mangez , dit Joha à son visiteur. Vous avez là le bouillon du bouillon du bouillon du bouillon… du canard de votre cousin !».

Moralité ?

Méfions-nous des recettes que l’on croit pouvoir servir et resservir indéfiniment, sans pour autant qu’elles perdent de leur efficacité. Un discours, une argumentation, un procédé, peuvent ne devenir que les reflets lointains, sans saveur, de l’idée première qui les a fait naître. Il est souvent pratique et aisé de s’en remettre à des formules éprouvées, à des protocoles d’action, mais il est aussi aisé d’en devenir le prisonnier et de ne plus être attentif à toute situation nouvelle, inédite. En somme, se laisser enfermer dans des réflexes et habitudes « confortables », se fait le plus souvent au détriment de notre capacité à développer de nouveaux réflexes, et à produire des solutions véritablement créatives.

Ce conte et sa moralité figureront, parmi bien d’autres, dans le livre Les enseignements de Joha à l’usage des managers du docteur Faouzi Skali, à paraître prochainement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée.
Les rubriques obligatoires sont marquées *

close-link